Recommandations pour la cueillette
Matériel

Se munir de :

Prévoir également :


Où chercher ?

Explorer le bord des sentiers, les fossés, les talus, qui sont souvent plus riches (surtout en période sèche), les endroits naturellement humides (bords de ruisseaux, mares,…), les lisières.

Hors des sentiers, marcher précautionneusement: ne pas piétiner ni labourer le terrain !

Respecter les propriétés privées et les réserves naturelles


Comment faut-il ramasser ?

Ne ramasser que les exemplaires adultes et frais ; inutile de prendre les individus encore en bouton , ou ceux trop vieux et pourrissants (laissez les assurer la reproduction de l’espèce !)

Prendre 2 ou 3 exemplaires, éventuellement à des stades différents, mais pas plus ; inutile de faire une razzia !

Ne pas oublier que toutes les espèces ont leur utilité dans la nature, donc laissez intactes les espèces qui ne vous intéressent pas (mêmes toxiques !).

Récolter les espèces entières, ne pas couper le pied, mais le déterrer délicatement en faisant attention à une éventuelle volve ou un pied radicant.

Manipuler le moins possible et avec précaution, faire particulièrement attention au pied (pruine, restes de voile, cortine) et au bord du chapeau ,(il y a des espèces, comme les Inocybes, dont il ne faut absolument pas toucher le pied !).

Mettre les espèces inconnues sur un papier blanc pour préparer la sporée : plier la feuille A5 (ou la moitié pour les petites espèces) en 4 et déchirer le coin pour faire un trou dans la feuille par lequel on passera le pied du champignon, puis on replie les coins de la feuille sur le chapeau pour la maintenir en place au contact des lames.

Sur ce même papier on notera l’endroit de la récolte, la station, l’arbre sous lequel l’espèce a poussé (éventuellement prendre des feuilles ou des aiguilles), ainsi que des caractères fugaces : odeur, traces de voile, pruine, cortine, etc.

Séparer les différentes espèces en les mettant, soit dans des boites, godets ou fonds de bouteille, éventuellement intercaler des feuilles mortes ou de la fougère pour éviter l’écrasement et amortir les chocs, soit les envelopper dans du papier aluminium. Eviter le papier journal qui colle et laisse des traces sur les espèces humides

Eviter l’excès d’humidité, mais en garder un minimum, donc éventuellement couvrir les godets, mais pas de façon hermétique.


Après la récolte (En attendant la détermination)

Reprendre la récolte, réunir les espèces identiques, refaire un tri de « qualité » et éventuellement classer par genre (si connu).

Noter des points oubliés sur le terrain ou rajouter des éléments comme la saveur ou l'odeur

Bien replacer les champignons sur leur papier: Pour "activer" la sporulation, placer le champignon avec sa feuille sur un verre contenant un fond d’eau (sans que le pied ne trempe dans l’eau !) et placer un autre verre à l’envers au dessus du chapeau pour l’« enfermer ».

Vider l’eau des godets par temps de pluie, couvrir (mais en gardant une circulation d’air) ou hydrater légèrement (aérosol) par temps sec.

Eventuellement placer la récolte au réfrigérateur mais il faut savoir que ceci accélère le déssèchment.


Copyright © SMS -Tous droits réservés